et si je dis vert, tout devient vert ?

Cette phrase, c’est Arno Calleja (poète) et Julie Menut (actrice, performeuse, autrice en devenir) qui l’ont proposée à Charlie Moine (scénographe, performeur) et Aurore, pour la bannière déployée sur le marché des Vans, puis fixée au sommet d’un appartement de la ville. Cette phrase, ce pourrait être un peu le mode d’emploi de L’Estive, de ce qui a été tenté ici pendant quelques jours.

Le drapeau n’a pas résisté face au vent. Mais rien ne dure, pas même L’Estive. Plein de choses ont eu lieu (concert samedi soir place de l’église), un parcours artistique dans la ville dimanche. Il y a eu des imprévus, de jolies surprises.

Bientôt nous repartirons tou.te.s.

Bientôt (d’ici quelques jours/semaines), sur ce site internet, d’autres sons arriveront : émissions de radio, docu sur le parcours artistique. D’autres images, aussi.

En attendant tout ça, voici quelques mots d’Arno et Julie sur cette phrase, donc :